LaganierPompes funèbres
Logo

Les témoignages

Photo 598239Madame Jacqueline GOMEZ née HUSLAING
Depuis que j'ai appris le décès de Jacqueline, son souvenir m'obsède . Permettez-moi de compléter le témoignage que je vous ai envoyé avant hier.... En 1977 nous étions cinq professeurs qui nous sommes trouvés éloignés de chez nous, parce qu'à l'époque c'était la norme à l'Education nationale; on nommait les nouveaux professeurs sur un poste sans tenir compte de leur vie familiale et personnelle : il y avait donc, entre autres, Philippe, Eliane, Jacqueline et moi . Jacqueline avait 20 ans de plus de nous, de la bouteille; elle, elle ne venait pas de trop loin ... Montreuil sous bois, quand Eliane venait de Bourgoin- Jallieu , Phillippe de Auch, et moi de Fontainebleau . Commencer à enseigner dans ces conditions n'était pas facile . Jacqueline nous a guidés, épaulés, réconfortés . Elle a été pour nous l'équivalent des Mères chez les Compagnons du Devoir . C'est ce qui explique notre attachement durable . On n'oublie pas une Mère ( avec un grand M). Et si vous le permettez j'ajouterai un souvenir, professionnel cette fois . J'enseignais le Français, comme elle, et Jacqueline ne souhaitait pas suivre ses classes, de 4ème en 3ème . Ses élèves avaient coutume de le lui demander, mais elle leur répondait qu'il était important pour eux de ne pas céder à la routine, et que se confronter à une autre personnalité, à d'autres méthodes que les siennes , ne pouvait que leur être profitable ... Elle tentait de les rassurer : " Ne vous inquiétez pas, leur disait elle, c'est Mme Ducreux , qui va vous reprendre à la rentrée prochaine", ce qui occasionna une réaction horrifiée d'élève qui nous fit sourire sur le moment : " Madame Ducreux ? Mais alors, on va travailler !!!"... Oui, avec Jacqueline, ses élèves étaient dans une telle ambiance de travail qu'ils apprenaient et se formaient sans même s'en rendre compte ... Et moi, j'ai récupéré pendant trois ans des élèves de Jacqueline qui possédaient non seulement toutes les bases nécessaires à leur progression, mais avec un appétit d'apprendre et une spontanéité qu'elle avait su leur transmettre, et qui me les faisait adorer ... Si je garde un bon souvenir de Romilly-sur-Seine, c'est grâce à elle et à la joyeuse bande qu'elle réunissait autour d'elle ... Qu'elle en soit aujourd'hui remerciée ...
Photo 598239Madame Jacqueline GOMEZ née HUSLAING
J'ai connu Jacqueline à Romilly-sur-Seine, à la rentrée scolaire 1977. Elle fut ma collègue au collège Langevin, mais surtout mon guide et mon amie . Malgré l'éloignement et nos vies qui ont divergé, elle a toujours eu une place à part dans mon coeur . Je suis très attristée de sa disparition . Elle fut pour moi une femme généreuse, qui m'accueillit chez elle, spontanément, pour me rendre service. J'en garde le souvenir d'une femme droite, enthousiaste, à la franchise parfois décoiffante, en un mot, une femme libre . En 1977 elle venait au collège en jupe longue et sabots, se faisait tutoyer par ses élèves ( engagement hors normes à l'époque !!!), et ils recevaient son enseignement avec enthousiasme . Elle en a surement marqué plus d'un ...
Elle sera de ces gens qu'on n'oublie pas ... Je vous présente mes plus sincères condoléances . Mme Ducreux ....
Monsieur Gérard, Ernest, Jean VALLADON
Je te souhaite une bonne fête des pères repose en paix
Monsieur Michel, André, Bernard LAYOT
Nous sommes de tout coeur avec Suzanne et Emmanuel en cette douloureuse épreuve de la vie.
Nous présentons à toute la famille nos plus sincères condoléances avec toute notre affection.
Bien à vous.
Annick Philippe et Mylène DIgat
Monsieur Léo, Florentin COUDERC
leo était passé a l auberge il y a 3 semaines on a discuté de tracteur,il était content de travailler avec juan et michel qui le considérait comme leur fils, leur peine sera difficile a surmonter, une grande tristesse nous a envahi nous aussi, un jeune travailleur gentil respectueux et toujours poli, comme son grand père elie qui s arreter chez mon grand père raoul il aimait sa region les bois la chasse les champignons il nous manquera beaucoup mais restera graver dans nos cœurs bien amicalement david jourdan